L.R.D.

Cette préparation
fine à la lame de rasoir ou au cutter est l’occasion d’examiner avec précision, d’apprécier et de mémoriser les différents types de croissance des bois, les accidents de croissance ou les problèmes de mesure que la représentation graphique ne traduit pas fidèlement.

L’étroitesse d’un cerne due à une déformation accidentelle de croissance n’a absolument pas la signification de l’étroitesse d’un cerne due au climat; graphiquement ces deux cernes ne se distingueront pas. Il en est de même pour les derniers cernes d’aubier qui sont souvent dans un très mauvais état de conservation.

L’œil appréciera des phénomènes que les opérations de mesure et du dessin graphique estomperont. L’analyse visuelle de milliers d’échantillon, de leur
tanin, de leur couleur, de leur état de conservation, de leur essence, etc. et les comparaisons multicritères de ces observations nous permettent déjà dans de nombreux cas d’estimer si les bois sont plus ou moins anciens ou s’ils font partie du même groupe, ou du même lot. L’exemple des bois d’Unterer Lehmhof à Wädenswil (ZH) est intéressant. On constate en effet visuellement que deux échantillons à croissance rapide (en haut) se distinguent très bien des quatre échantillons à croissance lente. Avant même la mesure ou la synchronisation, il est donc déjà possible de distinguer deux lots de bois. Les premiers à cernes larges proviennent de la plaine zurichoise et seront datables sur des références locales tandis que les quatre autres sont des bois d’altitude, importés, qui ne seront pas datables sur les mêmes références mais sur celles établies pour des zones d’altitude. Dans le cas présent, la présence du dernier cerne sur les échantillons confirme cette distinction de deux lots de bois, l’un abattu en automne/hiver 1682/83, l’autre en automne/hiver 1683/84.

Les moments d’intimité avec les bois, avec leur structure sont très importants car couplés aux opérations de prélèvement, de préparation et de mesures, ils favorisent l’acquisition du résultat en datation. C’est pourquoi nous préférons suivre ces différentes opérations.

 

Préparation de
l’échantillon à la lame de cutter ou à la lame de rasoir pour les bois
humides. (Photo LRD)

http://lrd.ch/images/stories/preparat.gif

 

__

Page suivante: Conditionnement de l’échantillon