L.R.D.

Principe 1

Cette méthode est
basée sur l’analyse de la croissance des bois. Chaque année, l’arbre produit
un anneau ou cerne de croissance. Leur nombre indique la durée de vie de
l’arbre.

Section transversale
d’un tronc de chêne. La partie morte du bois (en brun) contraste
avec la tranche externe et vivante : l’aubier qui produit le cerne annuel.
Tout à l’extérieur, l’écorce.

http://lrd.ch/images/stories/rondelle.jpg

Principe 2

La largeur des
cernes varie chaque année en fonction de nombreux facteurs de croissance,
parmi lesquels le climat prédomine. Un environnement favorable entraîne la
formation d’un cerne large, un environnement défavorable, la formation d’un
cerne plus étroit.

Coupe macroscopique
du bois de chêne. Les pores de grande dimension marquent la construction
printanière des canaux de la sève. Leur diamètre et leur nombre diminuent
avec l’avancement de la saison. (Photo LRD)

http://lrd.ch/images/stories/cernes.jpg

Principe 3

En mesurant et en
analysant les cernes de croissance de nombreux bois, nous pouvons
reconstituer globalement pour chaque essence végétale et par région, ces
indices de croissance année par année, et établir un catalogue de références.

Les pilotis du
village préhistorique de Fiavè-Carera (Italie) (Age du Bronze, vers 1500 av.
J.-C.) parfaitement conservés dans un milieu tourbeux, représentent la
structure la plus spectaculaire en Europe. Leur dessiccation et leur
dégradation commencent dès leur mise au jour. (Photo LRD)

http://lrd.ch/images/stories/pieux1_p.jpg

Principe 4

La recherche des
pièces de bois des diverses époques permet de corréler entre elles les
séquences fournies par chaque bois et d’établir une courbe continue qui est
un véritable calendrier, de 1988 à la préhistoire. Pour dater une pièce de
bois, on recherchera par comparaison (optiquement ou par ordinateur) la
position de sa courbe dans la courbe générale (principe 4).

Exemple de
corrélation entre divers échantillons
(Schéma d’après Schweingruber)

http://lrd.ch/images/stories/fot_tmm.jpg

Résumé

La méthode de
construction des chronologies, références ou étalons s’apparente un peu au
jeu des dominos où les points seraient remplacés par des codes-barres
(largeur de cerne).

http://lrd.ch/images/stories/ech_sync.jpg

 

__

Page suivante: Bref historique