L.R.D.

Au début du siècle,
l’astronome américain Andrew Douglas, en recherchant une possibilité de
relation entre l’activité solaire et la croissance des arbres, découvrit une
relation entre le climat et les cernes de croissance du bois. La
dendrochronologie était née. Un demi-siècle plus tard, soit dans les années
1960-1970, les Américains parvenaient à établir une courbe
dendrochronologique continue d’environ 7000 ans. Leur exploit a été facilité
par l’analyse d’arbres ayant vécu plus de 3000 ans (pinus aristata, pinus
longaeva, sequoïa gigantea).
http://lrd.ch/images/stories/sequoia.jpg
En Europe, où l’âge
des arbres dépasse rarement 300 ans et voisine plus fréquemment les 150 ans,
ce n’est que récemment que nous sommes parvenus à établir une séquence
comparable pour le chêne. Jusqu’en 1980, la plupart des laboratoires de
dendrochronologie ont mobilisé leur énergie, soit en analysant des troncs
d’arbres trouvés dans les lits des anciens cours d’eau en vue de constituer
la référence la plus longue possible soit en analysant des milliers de
pieux provenant des sites lacustres de la période lacustre ou de l’Age du
Bronze afin de dater ces vestiges et d’en étudier les structures d’habitat.Photo: Prélèvement
d’échantillon… à la tronçonneuse (Photo LRD)

http://lrd.ch/images/stories/tronconn.jpg
Les pilotis du
village préhistorique de Fiavè-Carera (Italie) (Age du Bronze, vers 1500 av.
J.-C.) parfaitement conservés dans un milieu tourbeux, représentent la
structure la plus spectaculaire en Europe. Leur dessiccation et leur
dégradation commencent dès leur mise au jour. (Photo LRD)Depuis 1982, cette
discipline a connu en Suisse un nouvel essor, en particulier pour les bois de
la période historique, que l’on trouve en général dans les édifices
construits au Moyen Age et plus tard.
http://lrd.ch/images/stories/pieux2_f.jpg
L’analyse
dendrochronologique a permis de déterminer que les deux puissantes colonnes
des  » grandes cuisines bernoises  » du château de Chillon (VD) sont
en chêne et qu’elles ont été mises en place vers 1200.Depuis que les
organismes chargés de la conservation du patrimoine et de sites, ainsi que
les archéologues, ont la possibilité de faire réaliser des analyses
dendrochronologiques et d’obtenir des résultats dans les plus brefs délais,
ils ont très fréquemment recours aux dendro-chronologues lors de l’analyse
d’un bâtiment ou lors des fouilles.
http://lrd.ch/images/stories/chillo_s.jpg
De nombreuses
analyses dendrochronologiques ont été réalisées sur les bois du château de
Chillon.A la demande des
archéologues, des historiens, des restaurateurs d’art, nous réalisons des
analyses sur tout le territoire suisse et les pays limitrophes.
http://lrd.ch/images/stories/chillo_v.jpg

Ce graphique illustre
par canton le nombre d’échantillons prélevés pour chaque essence.

http://lrd.ch/images/stories/graph_ch.gif

__

Page suivante: Les séquences de réfèrence